Nord de l’Inde

Dharamsala est la ville où réside le 14e dalaï-lama. Perchée à 1240 mètres d’altitude dans les ramifications de l’Himalaya Indien. Le moyen pour s’y rendre est difficile, car l’autobus serpente de petites routes escarpées dont la sécurité est douteuse. Par contre, le trajet en vaut la peine puisqu’on peut y découvrir la culture et la religion des Tibétains dans ses plus libres expressions. L’Inde permet aux Tibétains d’avoir un havre de paix dans plusieurs régions du nord du pays en les acceptant comme réfugiés, ce peuple qui vit toujours une répression acharnée au Tibet par les Chinois. Le musée tibétain du Complexe Tsuglagkhang permet de comprendre les défis et les atrocités vécus par ce peuple  depuis l’invasion chinoise de 1950. Malgré le support que le Dalaï-lama semble avoir pour son peuple à Dharamsala, les Tibétains n’ont pas de statut dans le système de caste indien et doivent souvent vivre dans des bidons villes aux abords des villages indiens, ce qui leur réserve souvent un triste sort.

Solang et Vashist sont d’incomparables villages où les vestiges d’un mode de vie ancestral dans la chaîne de montagnes de l’Himalaya sont encore très présents. L’architecture des maisons en bois juxtaposée aux montagnes grandioses nous laisse perplexes. La source thermale qui rempli les bains publics de Vashisht apporte une proximité et une occasion pour tous de se rencontrer et de discuter dans une atmosphère décontractée. Les habitants vont aussi laver leur linge sur le côté du spa. Ce style de vie enviable rend le village de Vashisht très attrayant. Deux chutes d’eau magnifiques arborent le village dans la forêt, les excursions ne manquent pas. Dans la vallée Solang, une excursion débutant au village de Solang permet de gravir un flanc de la montagne Patalsu. Le dénivelé est très agréable à monter et nous a permis de faire l’ascension et la descente en près de 6 heures. Notre ascension débuta à 2400 mètres et nous nous sommes arrêtés à 3800 mètres. À partir de cette hauteur, la respiration devient plus difficile et les effets de la rareté de l’oxygène sur le corps se font sentir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :